Des COURS de TANGO ARGENTIN LIBRES d’AVANT-SOIREE maintenus of course encore cette année sur les QUAIS DE SEINE TANGO

Avec des doubles cours

– d’initiation

– et tous niveaux

Ces COURS LIBRES (19h-20h) CHAQUE SOIR UNE ANIMATION INESTIMABLE

qui outre le fait qu’ils représentent une ANIMATION appréciée et même inestimable (pour les badauds, les passants, les pique-niqueurs, ceux qui veulent s’initier, les jeunes en mal d’activité (à la fois sociale, culturelle et artistique)), et largement popularisée et même médiatisée même des années durant par les medias locaux et même nationaux, la presse (Paris Match, Nouvel Obs, Guide du Routard…), divers agendas de danse, la Mairie de Paris sur son site ou ses communications institutionnelles…)

permet de CONTRIBUER au RENOUVELLEMENT CONSTANT des populations de danseurs de TANGO ARGENTIN.

Un peu d’histoire sur ces cours

Quand il y avait 40-50 personnes par cours tous les soirs (années 2005-2012), les cours de la région parisienne entière étaient REMPLIS à la rentrée de septembre suivante.

Accessoirement, les danseurs venaient pique-niquer et regarder ces cours, discuter avec les profs, animateurs, leur offir un verre de vin.

Bref, ces animations étaient APPRECIEES et PRISEES de TOUS.

Régulièrement 40-50 personnes chaque soir dans ces cours, jusqu’à 70-80 personnes même (il y a 3-4 ans)

Quand il y a eu jusqu’à 60-70-80 personnes certains soirs, la tendance n’était évidemment pas à la baisse.

Puis… quand on a la vue courte… et bien TOUT LE MONDE en pâtit…

Depuis que certains « AGENDAS » (hum hum) ont décidé de ne plus parler de ces cours LIBRES, ou de MAL en parler (sic ou sick), ce alors que ces cours LIBRES initiaient des milliers de personnes chaque été, et remplissaient les cours de toute la région à la rentrée de septembre suivante…

… depuis que certains « danseurs » (souvent un bien grand mot) se plaignent de ne pas pouvoir danser (cad faire leurs sempiternels 2-3 pas) durant l’heure des cours …

(si, si, comme une névrose à nourrir en permanence)…

… depuis que certains « PROFESSEURS » sans aucun doute médiocres à tout point de vue, se seraient « plaints » que ces cours estivaux libres leur faisaient … de l’ombre (alors qu’au contraire ils remplissaient leurs cours); faisant même pression pour qu’on n’en parle plus…

(résultat, effet pervers triple bande de leur (très) courte vue, il n’y a maintenant plus personne dans leurs propres cours)

… depuis que les soirées libres en extérieur fleurissent dans tout Paris (type Trocadero, Opéra, Millégales, ou autres Place du Marché Saint-Honoré (couvert) et festivals en plein air), faisant concurrence (ce qui n’est pas un pb), mais aussi … « la guerre » aux quais de seine (ce qui est IDIOT, il faut à mon sens jouer COMPLEMENTAIRE)…

… et depuis que les MEDIAS se pressent moins (puisque tout ce qui précède étant cumulé, il y a (assez logiquement) moins de monde), les cours sont donc bien moins bondés à chaque rentrée (puisque peu d’initiations l’été), le renouvellement ne s’opère plus que beaucoup plus modiquement, et en toute honnêteté il faut désormais juste admettre que la population des danseurs de tango NE RAJEUNIT certainement PAS

ce qui est un doux euphémisme…

AVANT, UN TURNOVER CONSTANT, et MAINTENANT… et bien quasiment plus de turnover

Avant, quand on s’absentait quelques mois, perso, j’étais toujours impressionné de voir le turnover et renouvellement constant peut-être à hauteur de 2/3 de nouveaux venus dans les soirées et milongas parisiennes.

Aujourd’hui, l’effet est carrément inverse.

Quand on s’absente quelques mois de la scène parisienne, et quand on revient, on connait 90 % des visages (les mêmes donc), il y a de moins en moins de jeunes, pas de nouveaux visages (ou si peu), et en conséquence quasiment pas de turnover …

C’est juste … dommage….

CELA DEVIENT PROBLEMATIQUE

Et cela pourrait devenir problématique (çà l’est déjà en fait)

Pour ce qui me concerne, j’ai toujours des gens jeunes dans les cours (puisque le TANGO ARGENTIN que j’enseigne, à la fois de bal et chorégraphique, cad fun, est jeune)…

… mais à chaque fois que je sors, on me demande maintenant (cad depuis 2-3 ans) mon avis sur cet aspect des choses qui devient problématique.

Force étant de constater et confirmer (malheureusement) ce qui précède.

Le tango argentin parisien ne rajeunit certes pas…

ALORS qu’a contrario LA SALSA …

Alors qu’a contrario, la salsa qui opère des cours d’initiation à la pelle dès que c’est possible, et qui médiatise largement ces activités à la fois ludiques et d’apprentissage d’une activité sociale et culturelle toujours très prisée, ne désemplit pas de toute l’année avec le plus souvent de jeunes populations de danseurs de 20-25-35 ans qui viennent chaque année (avec plaisir) s’initier aux délices de la salsa et autres danses latinos (salsa cubaine, portoricaine, bachata, kizomba)

Le renouvellement des populations de danseurs de salsa étant (actuellement en tout cas) à ce titre ASSURE

A bons entendeurs…

Pour d’autres pages ou articles sur les QUAIS de SEINE (Tango et autres danses) en 2019, voir SOMMAIRE COMPLET DE CETTE RUBRIQUE
(il suffit de cliquer ou pointer sur les liens ci-dessous)

Les Quais de Seine en 2019 (Tango et autres danses)